Histoire« Pessac doit être un laboratoire »

L’histoire de la cité Frugès de Pessac, dans la banlieue de Bordeaux. Un des deux lotissements conçus par l’architecte français d’origine suisse Le Corbusier en 1924 (en collaboration avec son cousin Pierre Jeanneret, architecte également) pour le compte de l’industriel sucrier Henry Frugès.

L’industriel souhaitait loger ses ouvriers « sur une vaste prairie entourée de bois de pins, pour y édifier une cité jardin ».

Frugès à commandé la cité en ces termes : « Je vous autorise à réaliser dans la pratique vos théories, jusque dans leurs conséquences les plus extrêmes. Je désire atteindre à des résultats vraiment concluants dans la réforme de l’habitation à bon marché : Pessac doit être un laboratoire. Je vous autorise pleinement à rompre avec toutes les conventions, à abandonner les méthodes traditionnelles. En un mot clair, je vous demande de poser le problème du plan de la maison, d’en trouver la standardisation, de faire emploi de murs, de planchers, de toitures conformes à la plus rigoureuse solidité et efficacité, se prêtant à une véritable taylorisation par l’emploi des machines que je vous autorise à acheter. Vous munirez ces maisons d’un équipement intérieur et de dispositifs qui en rendent l’habitation facile et agréable. Et quant à l’esthétique qui pourra résulter de vos innovations, elle ne sera plus celle des maisons traditionnelles, coûteuses à construire et coûteuses à entretenir, mais celle de l’époque contemporaine. La pureté des proportions en sera la véritable éloquence. »

Sur le projet initial de 135 maisons, les 50 habitations construites répondent à 4 types d’architecture différents : zig-zag, quinconce, gratte-ciel, arcade. Avec leurs toitures-terrasses, leur construction en béton armé et la polychromie de leurs façades, les maisons furent un laboratoire en vraie grandeur des idées novatrices de Le Corbusier.

La Ville de Pessac a acquis une maison “gratte-ciel”, transformée en maison Frugès – Le Corbusier, ouverte à la visite et lieu de diverses expositions tout au long de l’année. Elle conserve une maquette de l’ensemble, réalisée par Henry et Christiane Frugès en 1967.

Après une longue période d’oubli, pendant laquelle les maisons furent largement modifiées par leurs habitants, la cité est progressivement rénovée par ses nouveaux occupants, souvent passionnés par l’architecte et son projet.

Le lotissement de Pessac est inscrit dans une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager : des recommandations architecturales simples assurent la sauvegarde de l’ensemble, tout en s’efforçant de lui conserver son caractère initial de « cité d’habitation populaire ».