Le Sexe et Le CorbusierIl faut croire que l’architecte de la cité Frugès inspire les artistes de tout bord. Après les passionnés de LEGO, cette fois Le Corbusier inspire le réalisateur de film Nanouk Leopold.

Dans son dernier film « Brownian Movement », il nous raconte l’histoire d’une femme à la recherche d’expériences sexuelles… différentes. Dans le film trois emplacements sont soigneusement choisis : l’appartement, la salle du psychiatre et de la villa où l’actrice principale vit avec son mari.

Le réalisateur parle de la chambre comme d’un « coffre-fort, un endroit serein où elle agit sur ​​les choses sans penser aux conséquences, même pas une seconde. (…) Ce qui se passe dans cette salle est au-delà et moral et libre de valeurs. »

La seconde partie du film se déroule dans la salle de psychiatrie, c’est une phase très calme, ou la concentration est palpable. Ici, le film est rééquilibré. Nous sommes maintenant dans le monde de la morale où règnent lois et règles.

Puis vient l’heure du jugement. Elle quitte son emploi et part avec son mari en Inde, dans la maison qui sera le théâtre de la dernière partie. L’héroïne se retrouve dans la Villa Shodan de Le Corbusier à Ahmedabad, qui est l’endroit où elle peut se retrouver seule avec elle même.

De là à savoir ce qu’en qu’en aurait pensé Le Corbusier

 

Autres articles intéressants